℧ Flicka's Ranch ℧

Bienvenue dans le ranch familial. Que tu sois un humain travailleur, un cheval domestique ou même sauvage, la porte est grand ouverte.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

avatar
♞ Date d'inscription : 25/12/2017
♞ Messages : 127
Admin
Dim 7 Jan - 2:34
L'avantage de vivre dans un ranch et que l'on ne s'ennuie jamais, chaque jour est différent du précédent et nous offre une nouvelle expérience.
Depuis peu, une femme a mis son poney en pension aux écuries. Un étalon Welsh Cob d'une dizaine d'année qui répond au nom de Bang N Gun. J'ai pu apercevoir le petit isabelle en piste sous la selle de sa propriétaire. Le moins que l'on puisse dire à son sujet et qu'il a l'air explosif, un sacré numéro. Comme qui dirait, il est petit mais costaud. La jeune femme a des difficultés à le gérer et l'a donc mis au travail avec l'équipe du ranch. Je m'en réjouis d'avance, j'aime ce genre de challenge. Je ne suis sans doute pas une cavalière de renommée, sauf qu'en grandissant dans un ranch on apprend à se débrouiller avec n'importe quel cheval.
C'est aujourd'hui que je me décide à faire plus ample connaissance avec l'étalon isabelle! Les moniteurs du ranch sont occupés de leur côté ce matin, je décide donc d'emmener Bang en promenade aux abords du ranch. Je me demande comment il réagit en espace inconnu et sans barrières. Pour ce que je sais de lui, c'est un cheval de compétition, je ne sais pas s'il a pu jouir des grands espaces et de la liberté qu'ils prodiguent.
J'avance doucement vers l'aile B des écuries, la partie réservée aux chevaux de propriétaires. Bang se trouve dans son box, je m'approche tranquillement de lui, sourire aux lèvres. M'immobilise devant son box en sifflant légèrement.

-Alors mon beau, tu te fais à ta nouvelle maison?-

J'attend qu'il se tourne vers moi, je ne veux pas faire intrusion dans son espace et le surprendre, ça serait trop bête de prendre un mauvais départ. Je sors un morceau de pomme de ma poche, ne le lui montrant pas tout de suite.
Revenir en haut Aller en bas
Bang N Gun
Admin
avatar
♞ Date d'inscription : 04/01/2018
♞ Messages : 82
♞ Localisation : Calvados
Admin
Dim 7 Jan - 3:15
 


THUNDER AGAINST SUNLIGHT
Le livre du destin est déjà écrit : ainsi que ses rencontres.
La douleur d'une séparation est grande.
Mais celle d'une trahison l'est tout au plus.


Il n'a rien comprit. Non sérieusement : il a l'impression que sa vie entière a défilé sous ses yeux à une vitesse qu'il n'arrive même plus à calculer. Un jour il est champion de CCE avec deux gamines & le lendemain, il saillissait des inconnues ? Un jour il adorait qu'on vienne s'occuper de lui & le lendemain il se retrouvait chez un maquignon ? Sincèrement. Il s'est passé quoi entre temps ? Y'a eu une ellipse de plusieurs années, hein, c'est ça ? Il a eu une amnésie de plusieurs jours n'est-ce pas ? Il ne cessait de ruminer. Il ne cessait d'essayer de comprendre en tournant en rond dans son box, grattant les copeaux de bois qu'on lui avait imposé. D'ailleurs c'était quoi cette nouvelle lubie des bipèdes ? Du papier au lieu de la paille ? Ils le pensaient fragile ? Idiots ! Il aimait la paille lui ! Il adorait bouffer ces brins de blés, ce goût ... Il lui manquait ! En plus de ça, il était reclu de tous. A cause de ses engins reproducteurs, c'est ça ? Il adorait la compagnie pourtant ...


On ne peut en vouloir à des inconnus.
Mais les proches regrettent souvent leurs actes.


Un puissant hennissement se fit entendre tandis que l'étalon ne cessait de tourner en rond dans son box. Il avait besoin de sortir. Il avait besoin de galoper, de comprendre ce qui lui arrivait. C'est sans doute pour cette raison qu'il mettait la misère à sa propriétaire : car elle n'essayait même pas de le comprendre. Soudain un sifflement attira son attention, il pivota son oreille gauche pour ensuite tourner la tête brusquement. & là, il distingua une jeune femme en face de lui. Il voulut baisser les oreilles, mais l'odeur de pomme fut trop forte. Elle avait de la pomme. Alors, il tendit l'encolure vers elle, les oreilles en avant & les babines voulant attraper le bout de pomme qu'elle cachait. Il tapait la porte de son box avec son antérieur, faisant comprendre sa gourmandise & son envie. Il faisait adorable n'est-ce pas ? Si vous saviez.
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
avatar
♞ Date d'inscription : 25/12/2017
♞ Messages : 127
Admin
Dim 7 Jan - 3:53
Je l'observe, d'abord dans sa globalité: chacun de ses muscles, sa silhouette est robuste. On voit qu'il ne travaille plus autant, qu'il a perdu un peu de sa musculature, mais cela n'enlève en rien à sa superbe. J'ai toujours aimé les poneys, ils ont ce petit quelques chose qui leur est propre. Je pose mon regard sur la tête de Bang, sur son oreille qui se tourne lorsque je l'appel. Il a une belle morphologie, cependant c'est son regard qui m'intrigue le plus, je ne sais pas encore pourquoi.
Mon sourire s'élargie lorsque je vois sa réaction, sans le savoir il me dévoile une chose sur lui. Quelque chose qui n'a rien d'étonnant car énormément d'équidés sont gourmands. Sauf que ce bonhomme là, il a l'air de bien aimer les friandises juteuses.
Alors qu'il tend son encolure, les lèvres avides de rencontrer le fruit, je lâche un rire franc et léger. Le lève une main devant moi, sans le toucher.

-Chut calme toi, de toute façon tu vas l'avoir car je l'ai prise rien que pour toi.-

Je tends la main afin d'ouvrir la porte de son box, je n'y entre pas afin d'éviter de faire intrusion dans son espace et je ne recule pas.

-La suite ne va dépendre que de toi mon garçon. Je comprend que tu n'apprécie pas d'être enfermé là dedans, crois moi j'ai bien envie de te mettre plus souvent dehors...-

Ma voix est comme un murmure alors que mes yeux ne le quittent pas. C'est dans ma nature de parler avant d'agir, comme pour prévenir sans m'introduire. Demander avant d'exécuter. Ce que j'aime dans la relation avec un cheval, c'est de travailler ensemble, je déteste avoir recours à la force. Je tend la main devant moi, lui offrant le morceau de pomme qu'il réclame si avidement.

-On va apprendre à se connaître toi et moi. Le bon déroulement des opérations est entre tes sabots mon grand. Je ne demande qu'à savoir ou sont tes limites, pour mieux les respecter. Mais en échange tu vas également devoir respecter les miennes si tu veux qu'on s'entende.-

Je suis consciente qu'il ne comprend pas un mot de ce que je lui raconte, je le fais uniquement pour qu'il s'habitue au son de ma voix. Les chevaux ne comprennent pas forcément le sens d'une phrase, ils n'en restent pas moins sensible à l'intonation, à l'émotion. Car oui on ne peut pas mentir face à ces animaux là.
J'attend qu'il prenne la pomme, puis je me penche afin de prendre le licol qui est accroché à côté de la porte de son box. Je me déplace lentement, observant ses réactions.
Des hennissements se font entendre à l'extérieur. Je sais que d'autres chevaux se trouvent dans les paddocks ou sont entrain d'être travailler.
Lui montrant le licol, j'incline la tête vers la porte des écuries.

-Qu'en dis-tu? Je t'ai entendu, tu as envie d'aller profiter du beau temps?-

J'attend de voir sa réaction avant de faire un pas en avant, dans son box, le laissant le loisir de sentir ma main avant de lui passer le licol avec précaution.

Revenir en haut Aller en bas
Bang N Gun
Admin
avatar
♞ Date d'inscription : 04/01/2018
♞ Messages : 82
♞ Localisation : Calvados
Admin
Lun 8 Jan - 19:49
 


THUNDER AGAINST SUNLIGHT
Le livre du destin est déjà écrit : ainsi que ses rencontres.
Quitter un lieu qu’on connaît est toujours difficile.
N’importe quel être vivant doit s’adapter.
Mais les animaux sont plus rapides que nous là-dessus.

Ses lèvres ne cessaient de chercher le fruit défendu, elles ne cessaient de titiller pour mieux toucher. Il avait toujours aimé les pommes, comme la plupart des chevaux vous me direz, mais chez lui c’était différent. En effet, chez lui, les pommes représentaient bien plus qu’un simple fruit. Elles étaient, autant un cadeau du ciel qu’une récompense. Il se souvenait la première fois qu’il avait goûté une pomme : c’était durant sa première année. Sa première propriétaire était venu l’amadouer avec un seau rempli de ce fruit. Au départ, il avait fui, peur de cet étrange objet cylindrique puis ensuite venait l’odeur. Cette dernière l’avait intrigué, il s’était approché, avait reniflé pour ensuite prendre un morceau en bouche. & là, révélation. Il avait adoré. Depuis ce jour, il a comprit qu’il serait à jamais domestiqué & lié aux bipèdes, qu’il dépendait d’eux. Alors, oui, ce fruit représentait énormément de chose pour lui. Il était autant un cadeau, qu’une chaîne éternelle.

La connexion entre l’Homme & le cheval est infinie.
Depuis la nuit des temps elle existe.
Le cheval est bien plus qu’une monture de nos jours.

Le brave étalon ne faisait que suivre chaque mouvement de la jeune femme du regard, les oreilles toujours en avant. On disait de lui qu’il était impulsif, mal élevé, envahissant & méchant ? S’ils savaient. C’était totalement faux. Il n’était qu’un cheval qu’on avait arraché à sa patrie sans même demander son avis, qu’un cheval à qui on avait arraché tous liens familiaux sans même lui demander la permission. Il n’était pas méchant, seulement blasé. Il avait mal au plus profond de lui-même & il tentait de le cacher tant qu’il le pouvait encore. Son ancienne vie lui manquait véritablement. Finalement, il alla au fond du box pour laisser la jeune femme entrer tranquillement. Il lui laissa la place comme tout bon gentlemen le ferait. En fait, Gun était un vrai cheval de fille. Un vrai poney barbie, c’est sans doute pour cette raison que ses petites cavalières l’avaient tant apprécié. Il mit de lui-même son nez dans la muserolle du licol, faisant comprendre qu’il avait vraiment envie de sortir, que ce box en copeau l’ennuyait.

Tous les hommes rêvent un jour de posséder un cheval.
Car il est le véritable meilleur ami qu’un enfant rêverait.
Il dépasse même parfois la place d’un chien dans une famille.

Lorsque le licol fut autour de sa tête & collé à son chanfrein, il garda ses oreilles en avant mais on pouvait sentir ses muscles se tendre. & lorsqu’il entendit les hennissements extérieurs, il n’hésita pas une seule seconde il tira sur la longe en hennissant d’une voix rauque, voix grave que possèdent les entiers ayant saillit. On lui répondit, alors il redoubla d’effort & hennit une seconde fois. On pouvait voir sa queue en panache & ses yeux pétillants : il voulait les rejoindre. Son antérieur grattait le sol tandis qu’il secouait la tête : impatient de pouvoir sortir de cette chambre trop petite. 
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
avatar
♞ Date d'inscription : 25/12/2017
♞ Messages : 127
Admin
Ven 12 Jan - 18:34
Licol tendu, je vois qu'il positionne lui même ses naseaux puis sa tête dans le matériel de cuir. Mon sourire s’élargit, ce poney est intelligent ça ne fait aucun doute. Si j'ai pu apercevoir son côté indiscipliné, je suis réellement impatiente de découvrir le côté qu'il me laisse entrevoir. Je le félicite joyeusement, aussi bien verbalement qu'en y alliant une caresse sur son encolure musclée.

Il trépigne d'impatience à l'entente des hennissements. Je suis habituée à ce genre de comportement. Lorsqu'on grandit dans un ranch, on apprend à faire avec le caractère de chaque cheval. Bang n'est pas le premier étalon que j'ai entre mes mains.
En réalité je préfère les étalons, ils sont certes plus sensible a leur environnement, surtout aux chevaux qui les entourent. Mais cela donne un petit quelque chose en plus. J'aime voir un cheval réactif, tant qu'il a un minimum de respect naturellement.
Je donne un petit accoue sur la longe, rien de méchant mais simplement pour lui rappeler ma présence et lui montrer que même si comparativement à lui je suis une crevette, je n'en reste pas moins présente. Il va devoir faire avec moi. On me dit souvent que j'ai une main de fer dans un gant de velours, je sais adapter mon comportement en fonction du cheval face à moi. Je déteste la violence et préfère la compréhension.

-Ne t'inquiète pas, on va les rejoindre les copains. C'est pas cool de te laisser seul pas vrai.-

Je le fais sortir du box en douceur, faisant bien attention a ne pas me retrouver trainer à travers toute l'écurie. Guidant Bang vers les extérieurs, j'aurais très bien pu le préparer à l'aide de pansage, m'assurant ainsi qu'il ne bouge pas. Sauf qu'entraver les chevaux n'est pas ce que je préfère. Un pansage en plein air ne peut que faire du bien à ce bonhomme qui rêve visiblement de profiter des extérieurs.
Une fois dehors je l'attache avec précaution, prends le cure pied et commence à lui demander le pied.

Cette scène me ramène quelques années en arrière, lorsque mon père était encore en vie et qu'il m'a laissé exécuter cette tâche pour la première fois... C'était il y a si longtemps, pourtant je peux encore sentir son odeur ainsi que sa présence. Je ravale la nostalgie qui s'empare de moi, ça n'est pas le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Bang N Gun
Admin
avatar
♞ Date d'inscription : 04/01/2018
♞ Messages : 82
♞ Localisation : Calvados
Admin
Dim 14 Jan - 2:54
 


THUNDER AGAINST SUNLIGHT
Le livre du destin est déjà écrit : ainsi que ses rencontres.

La source du bonheur vient souvent des hommes eux-même.
De comment ils profitent de la vie et de chaque instant.
Mais surtout de comment ils gèrent leurs émotions au quotidien.

Les hennissements de se faire entendre, tandis que l’étalon avait toujours les oreilles en avant & qu’il trépignait d’impatience. Il voulait les rejoindre, il voulait voir au-delà cette porte en bois, mais surtout il voulait sentir des juments près de lui. En étant entier, il n’avait pas eu ce sentiment : ce sentiment d’appartenance à un harem, à un groupe de chevaux. En étant entier, il était resté seul & il avait aimé cette solitude. Mais lorsqu’il avait goûté au péché originel, lorsqu’il avait pu devenir adulte, il avait aimé cela. Il avait adoré ce sentiment de dominance, mais surtout ce sentiment d’attirance. Soudain, un accoue se fit sentir au niveau de la longe & il plaqua les oreilles en arrière : pas de méchanceté, mais surtout de mécontentement. Le jeune étalon avait complètement oublié la présence de la bipède près de lui, mais il ronfla des naseaux. Ces bipèdes, je vous jure : ils seront toujours là pour vous emmerder. Toujours là pour vous mettre des barrières & des bâtons dans les roues. Alors, il se calma. Tant que tu es doux avec eux, ils te laisseront faire ce que tu veux, voilà ce que lui avait dit sa mère. Alors, à ce souvenir, il resta parfaitement calme & attendit qu’elle le sorte de son box.

La douceur d’un lien se crée au fil du temps.
Mais surtout elle apparaît au travers d’un simple regard.
Qu’elle soit entre humain et humain ou animal et humain.

& elle accéda à sa requête : elle ouvrit cette fichu porte. Alors l’étalon put sentir des ailes pousser, il put aussi sentir ce sentiment de bien être ultime. Il était libre. Il voulut bondir en avant, comme un poulain mais très vite il se ravisa. Il avait beau être impulsif, il n’en restait pas moins respectueux. Alors, il se laissa guider par la petite humaine, la tête haute & membres trottinant. Il trottait à côté d’elle, tout en hennissant, mais restait tout de même à bonne distance. Sa première propriétaire l’avait très bien éduqué, sincèrement. Surtout en main. Comme quoi, malgré ce que l’on dit, l’éthologie fait beaucoup : surtout chez un étalon. Même un enfant pourrait sans doute le tenir tant il restait respectueux & doux. Finalement, lorsque la rousse l’attacha, il coucha les oreilles. Mais non ! Si on le libérait de sa boîte, c’était pour le laisser libre de chacun de ses mouvements, non ?

Une amitié est bien plus forte qu’un amour éternel.
L’amitié permet de sécher les larmes que l’amour fait couler.
L’amitié est plus précieuse qu’un amour charnel.

Là, une petite tape sur son membre lui fit comprendre que la bipède voulait son pied, alors il lui donna docilement. Son regard était toujours plongé sur l’horizon, tandis qu’il observait les quelques chevaux qui galopaient dans les paddocks. Il aimerait tellement les rejoindre … Soudain, il sentit un malaise. Alors, il tourna sa tête isabelle vers l’humaine & remarqua son regard triste. Alors avec délicatesse, il posa son menton sur son dos, voulant lui transmettre sa joie de vivre. Il ne la connaissait pas, certes, mais il détestait sentir les humains tristes.
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
avatar
♞ Date d'inscription : 25/12/2017
♞ Messages : 127
Admin
Dim 28 Jan - 19:12
J'admire le cocktail qu'est cet étalon. Un mélange de force, de vitalité, la liberté qui ne demande qu'à s'exprimer. Je suis stupéfaite par son comportement, pour un étalon il est respectueux et attentif. Sa propriétaire m'en a dressé un certain tableau que je me refuse à tenir compte. Je me fais ma propre opinion avec le temps, c'est ma façon de travailler.

Lors de ce moment de nostalgie je remarque immédiatement le geste de Bang, et mon estomac se contracte lorsqu'il se tourne vers moi. Ce type de contact est ce que j'aime le plus avec les chevaux, ils sont capables de tellement d'attention. Je sens son menton dans mon dos et cela me fait immédiatement sourire. J'ai bien envie de lui dire que c'est un bon garçon, que son signe me touche. Mais parfois les mots sont bien inutiles.
Alors je pose délicatement la main sur son épaule, me tournant avec lenteur et plongeant mon regard dans le siens. Je ne le remercie pas verbalement mais essaie de lui faire passer le message à travers le regard. Je sais parfaitement que les chevaux sont bien plus sensibles aux contacts non verbaux. Je ne me risque pas à prendre sa tête entre mes deux mains, il n'est pas une peluche que je peux câliner et je doute même qu'à ce stade il me laisse le faire.

Un hennissement retenti dans mon dos et me ramène à la réalité. Je sais que depuis son arrivée Bang est entre 4 murs et cela m'attriste. Je ferme les yeux, inspire et le regarde de nouveau. Bien décidée.

-Je te propose quelque chose mon grand. On s'éclate en balade et après je te laisse te détendre un petit moment au paddock.-


Je sais que sa propriétaire ne sera pas ok avec cette idée, elle a bien trop peur qu'il ne se blesse ou se sauve. Mais à mon sens l'enfermer ne sera pas une meilleure solution. Un cheval à besoin de se dépenser. Nous avons déjà eu plusieurs étalons au ranch, mon père disait toujours qu'il était indispensable de les sociabiliser et je suis bien d'accord avec lui.

Je reprends alors mon pansage, faisant attention et étudiant s'il a des zones sensibles, ses réactions.
Une fois ma tâche terminée et l'étalon isabelle propre, je file prendre son harnachement et le pose à côté de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Bang N Gun
Admin
avatar
♞ Date d'inscription : 04/01/2018
♞ Messages : 82
♞ Localisation : Calvados
Admin
Mer 31 Jan - 6:00



premier contact

bang n gun & clarissa

La gentillesse du coeur se crée grâce aux liens positifs qui se tissent. Mais l'intelligence est dans la reconnaissance des faits.

Les petits esprits ont besoin de despotisme pour le jeu de leurs nerfs.
Comme les grandes âmes ont soif d'égalité pour l'action du coeur.


C'est vrai que cet étalon était un sacré mélange. Tout le monde le savait, tout le monde l'avait toujours su en fait. Même sa naisseuse. Même sa mère. Tout le monde en réalité. Sa naisseuse vous le dira : dés le premier jour, elle avait pu voir qu'il serait différent de tous les poneys qu'elle avait pu élevé. Dés sa naissance, il se montrait intelligent, curieux mais surtout téméraire. On pouvait lui mettre une bâche devant lui qu'il la franchirait sans soucis. On pouvait lui mettre une porte fermée qu'il la sauterait. Un véritable bout en train. Il emmenait tout le monde avec lui, que ce soient les poulains ou bien les chevaux plus âgés. Tout le monde le suivait sans se poser de questions, tout simplement car il était gentil, mais aussi très vif d'esprit. Son débourrage ne fut qu'une formalité, il accepta la selle sans soucis, la bride je ne vous en parle même pas, autant qu'un cavalier. Les premiers sauts furent comiques, mais très vite il se montra consciencieux. Il développa une puissance à l'obstacle que sa naisseuse n'avait jamais remarqué chez ses poneys, un crack comme elle le disait si souvent. Il allait devenir un champion. Ce qu'il devint très vite chez sa propriétaire d'ailleurs : il enchaîna les médailles, les podiums, les tours d'honneur. Mais malheureusement tout cela se termina aussi rapidement que cela avait commencé. C'est sans doute pour cette raison qu'il restait un étalon vif, plein de liberté dans le sang mais tout de même respectueux. Il avait été élevé, éduqué ainsi et il le restera sans doute toute sa vie.

Ne voyez dans les hommes, et surtout les femmes, que des instruments.
Mais ne leur laissez pas voir.


Il sentit la main de la jeune femme sur son épaule mais aussi sa reconnaissance. Cette dernière se concrétisa lorsqu'elle vint plonger son regard dans le sien. Alors l'étalon sentit comme une bouffée de chaleur dans son coeur, tandis qu'il laissait son regard noisette plonger dans celui de la jeune femme. Il aimait ce contact. Il avait toujours aimé ce contact silencieux, mais si intense, avec les bipèdes. Depuis sa naissance, il n'avait cherché que cela, comme s'il voulait communiquer avec eux par la pensée. Il se souvenait de ce premier regard télépathe qu'il avait eu avec un humain : c'était durant sa seconde année, lorsque sa propriétaire l'avait acheté et lui avait mit une selle sur le dos pour la première fois. Il l'avait accepté sans concession, ce qui l'avait fait sourire - son humaine -. Elle l'avait félicité pour finalement prendre sa tête dans ses mains et plonger son regard dans le sien. Et là, là, il avait su que sa vie était parmi les hommes. Il l'avait décidé dés ce jour. Finalement, il laissa la jeune femme continuer le pansage, bougeant lorsque les points sensibles furent touchés - passage de sangle, passage de têtiére et ganache -. Mais lorsqu'il vit la selle ainsi que la bride à côté de lui, il poussa un hennissement de joie tout en trépignant d'impatience. Il allait être monté, il allait enfin pouvoir galoper avec un cavalier sur le dos.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar
♞ Date d'inscription : 25/12/2017
♞ Messages : 127
Admin
Jeu 1 Fév - 0:21
Je pose délicatement le matériel à proximité de Bang, mon sourire ne faisant que s'étendre un peu plus lorsque je vois qu'il a compris, mais surtout qu'il est enjoué à l'idée de pouvoir se dépenser. J'admire sincèrement sa réaction, adorant voir ce type de comportement. Quoi de plus enrichissant après tout?
Mon opinion se forge petit à petit, il me délivre de multiples informations à son sujet et je ne peux que comprendre pourquoi sa nouvelle propriétaire à craquer sur lui. Outre son physique, son modèle et ses allures, il a une personnalité bien à lui qui de surcroît est attachante.

J'attrape ses protections et m'approche de lui afin de les installer sur ses membres, prévenant de mes gestes en murmurant mes actes mais surtout en touchant le membre avant de glisser les guêtres. Je ne suis pas pour couvrir les chevaux à tout va, mais certains propriétaires ont des exigences que je me dois de respecter.

Une fois en place, je flatte de nouveau Bang avant d'attraper son tapis et de le lui montrer avant de l'installer sur son dos. Mes gestes sont précis, non précipités et surtout léger.
Je fais de même pour sa selle. Ayant remarqué qu'il était sensible au niveau du passage de sangle, je fais bien attention avant d'attacher la sangle.

Je finis par prendre la dernière pièce du puzzle: son bridon et m'avance vers lui.
Revenir en haut Aller en bas
Bang N Gun
Admin
avatar
♞ Date d'inscription : 04/01/2018
♞ Messages : 82
♞ Localisation : Calvados
Admin
Jeu 1 Fév - 3:48



premier contact

bang n gun & clarissa

La gentillesse du coeur se crée grâce aux liens positifs qui se tissent. Mais l'intelligence est dans la reconnaissance des faits.

Les archéologues font des maris idéaux.
Plus leur femme vieillit, plus ils l'apprécient.


En fait, quand on y pense, Bang est réellement un cheval à part. Il a un physique bien à lui. Qui n'a jamais rêvé d'avoir un entier à la robe isabelle, mais surtout aux quatre balzanes ? Beaucoup de monde, je dirais. Mais en plus de ça, il avait une robe bien particulière, métamorphe. En effet, en été, elle était d'un mordoré des plus clairs, le printemps il était d'un isabelle pommelée, l'automne sa robe revêtait son manteau brun, tandis qu'en hiver - tondu - il avait le corps gris. En vérité, il était complètement méconnaissable durant chaque saison. La seule chose qui pourrait réellement le caractériser est sa grande liste, ainsi que ses quatre balzanes haut chaussées. Actuellement, on était en Hiver, donc l'étalon revêtait son manteau gris. Sa seule trace de robe isabelle était son garrot dont un petit carré n'était pas tondu ainsi qu'un triangle régulier au niveau de sa croupe. Car, il avait beau être impétueux, fougueux, il demeurait un cheval qui connaissait par coeur les pratiques humaines. C'est pourquoi il se laissait complètement faire pendant la tonte, c'est aussi pourquoi il était tondu entièrement. Sa propriétaire, cavalière de dressage, tenait énormément à l'esthétique de son partenaire, c'est donc ainsi qu'elle l'avait tondu entièrement : que ce soit pour le côté pratique, mais aussi esthétique. Elle avait aussi une manie : lui attacher la queue en un noeud serré lorsqu'elle le montait, surtout en carrière, car elle refusait que sa queue fournie soit pleine de sable. Sauf que ce qu'elle ne savait pas, c'est que ce poids lui vrillait les vertèbres à chaque instant de la séance, mais en bon petit cheval domestique il ne disait rien. Deux séances d'ostéopathie en résultaient : il fallait peut-être qu'elle se pose des questions, non ?

La liberté ne découle peut-être pas de la misère.
Mais il existe certainement une liberté liée à l'absence de peur.


Et là, tout s'enchaîna. La selle fut sur son dos, ainsi que le tapis, l'amortisseur. Mais les guêtres furent aussi positionné sur ses membres, cachant quelque peu ses quatre balzanes. Il sentait la liberté venir délicatement prendre possession de chacune de ses émotions. Il sentait la joie venir tendrement prendre la main de son coeur. Il avait hâte, tellement hâte de pouvoir dégourdir ses jambes, de pouvoir galoper en pleine nature. Car soyons francs, même s'il n'a pas comprit un seul mot de la jeune femme, il savait parfaitement qu'il allait en balade. Car avec le temps, il avait apprit à faire la différence entre les protections qu'on lui mettait. En dressage, il avait des bandes de polo, en saut il avait des guêtres avec du moutons et en cross sa propriétaire lui mettait un truc bizarre sur les genoux, comme les protégeant. Alors qu'en balade, il avait des guêtres et des protège boulets. Il se doutait parfaitement que c'était sa propriétaire qui l'avait ordonné. Elle prenait tellement soin de lui. Finalement, lorsque la jeune femme prit la bride et lui tendit, il n'hésita pas une seule seconde, il tendit l'encolure en prenant de lui-même son mors. Oui, il voulait absolument partir, et pour ça, il savait qu'il devait se montrer intelligent ainsi que docile. Soudain, il tourna la tête, les oreilles en avant en entendant un bruit de course. Il se retourna et vit l'homme qui lui faisait le box tous les matins. Il hennit à son encontre, le reconnaissant immédiatement. Léo eut un sourire, lui caressa le chanfrein et tendit quelque chose à Clarissa - son couvre rein.

" Tenez jeune fille. Sa propriétaire refuse qu'il parte sans couvre-rein sachant qu'il est tondu entièrement. Ah & elle lui attache le couard aussi ... Mais ça, vous n'êtes pas obligée, je ne lui dirais rien. " lui dit-il en lui adressant un clin d'oeil et finissant par repartir vers les écuries.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» ce que nous faisons : les sauts en image
» Faisons la fête !
» Nous voyageons à chaque pas que nous faisons. | Plume d'Ange |
» Dana ~ il n'y a pas de destin, mais ce que nous faisons
» Soyons passionés faisons du RP! [TERMINER]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
℧ Flicka's Ranch ℧ :: ★ La grande prairie ★ :: ○ L'accès aux champs-
Sauter vers: