Bienvenue dans le ranch familial. Que tu sois un humain travailleur, un cheval domestique ou même sauvage, la porte est grand ouverte.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Jamais seule, toujours mal accompagnée ! ft Saga

 :: ★ Les terres sauvages ★ :: ○ Les chemins de randonnées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Seiya
Nouveau venu
avatar
♞ Date d'inscription : 07/03/2018
♞ Messages : 23
Nouveau venu
Mar 1 Mai - 19:41

Ft Saga br/>
Prête à te faire victimiser ? xD

Jamais seule, toujours mal accompagnée !



                Il avait brisé sa douce et agréable solitude, l’Homme. Il était venu, et l’avait sorti de son box. Seiya était terrorisée par cet individu qui accaparait le seul endroit où elle se sentait bien, d’une selle, d’un tapis et d’un filet, ainsi que d’autres petites inutilités. Elle roula les yeux, trouvant bien ridicule de la vêtir de la sorte, alors qu’un cheval sauvage pouvait vagabonder, sans se soucier d’avoir bien mis des guêtres. Mais la panique avait repris le dessus, et quand elle avait vu qu’il portait sur sa tête une bombe, et que sur ses bottes étaient accrochés des éperons, qui cliquetaient et brillaient quand ils étaient dans la ligne de mire du soleil.

                Elle tirait, sur le licol, et hennissait comme un beau diable. Ses compagnons d’infortunes ne se souciaient nullement de son sort, et devaient trouver bien blasant ce concert. Mais elle les appelait, leur priait de lui répondre, juste une parole réconfortante. Mais bien sûr, silence radio. Alors l’ébène se concentra sur le monstre qui la pansait rapidement. Alors qu’il lui passait le bouchon près de la tête, elle lui donna un coup de naseaux violent dans les tempes. Alors qu’il lui curait les sabots, elle lui mordit férocement les vêtements, et arracha un petit bout de peau de son dos. Alors qu’il lui brossait la croupe, elle fouaillait de la queue avec acharnement, le cinglant donc.

Non. Elle ne voulait pas qu’il la monte, elle voulait lui faire peur, alors que c’était elle la victime dans l’histoire. C’était pour se donner du courage, sans doute. L’ébène elle-même ne comprenait son manège. Puis, il lui mit le tapis. Puis la selle. Et lui serra le ventre, pour attacher la sangle. Et enfin, le filet. Elle devait se l’avouer, il était assez doué, et travaillait avec dureté mais agilité et douceur. Une main de fer dans un gant de velours, ouais, bien sûr.

Puis il la tira de toutes ses forces, alors qu’elle voulait résister. Mais son mal de dents l’emporta sur sa volonté. Alors la jument le suivit, à petits pas, pour lui prouver, au Bipède, qu’elle ne lui obéissait que parce qu’elle n’avait pas le choix, qu’elle pouvait arrêter. Il la mena au corral, tout en discutant avec un autre, l’air bien calme et serein. Il le serait moins, quand il goûtera le sable. Elle avait fait tomber presque tous les cobayes qui l’avaient testé.

Il la stoppa près d’un tabouret, dans un corral, puis mit le pied à l’étrier. Mais c’était sans compter Seiya, qui ne se pliait pas aux ordres de la sorte. Elle se décala, si bien qu’il faillit mordre la poussière plus d’une fois. Elle gigotait dans tous les sens, mais malheureusement, il réussit, au bout de bien longues minutes. Elle partit en coups de cul, ruades, dérapages semi-contrôlés, mais il tenait. Une fois encore. Au bout d’un moment, l’ancienne sauvage décida de se calmer, et le jeu en valut la chandelle.

Après quelques tours de piste au trot, rythmés de fréquents écarts, et d’arrêts nets, l’Homme ordonna qu’on ouvre les portes du petit manège. La Liberté. Elle sentit ses muscles frémir d’impatience, et son esprit commença à lui jouer des tours. Elle s’imagina avec une selle vide sur le dos, retrouvant le goût de la vie. Oui. Mais non. C’était si évident qu’il n’aurait pas osé se balader seul. Mais c’est avec une moue dédaigneuse que la noiraude accueillit l’autre. Une jument blanche, bien frêle, et bien petite, trop à son goût. Elle n’aurait jamais tenu sauvage, elle. Elle soupira longuement, déçue de devoir faire équipe avec cette minuscule poulinière. Et c’est sans un regard pour l’autre qu’elle se mit au pas, attendant le moment propice pour virer son cavalier.


Revenir en haut Aller en bas
Saga
Nouveau venu
avatar
♞ Date d'inscription : 18/01/2018
♞ Messages : 98
Nouveau venu
Mer 2 Mai - 14:26
Ombres de la forêt
Seiya & Saga

« Que me veux tu ? Que dois-je faire ? Je suis si seule et si désemparée, aide-moi, s'il te plaît, je t'en prie, s'il te plaît, aide-moi... »


Cela faisait désormais quelques semaines que Saga était arrivée, et elle avait prit l'habitude du rythme du ranch; un rythme répétitif, dépourvu de surprise: c'était tellement reposant. Le matin, après le foin, elle était emmenée au paddock, puis ensuite, au lieu de revenir au box, Will s'occupait d'elle: elle était pansée, caressée, à son grand plaisir, un bon moment de détente où elle pouvait enfin se poser.

Souvent, Will la menait ensuite au rond de longe, et il la faisait tourner un long, très long moment, sans qu'elle n'en comprenne l'utilité. Généralement, elle commençait par angoisser, puis, peu à peu, elle se détendait, et l'humain en profitait pour lui montrer sa joie, et ils reprenaient avec un peu plus de vivacité. Les premières fois, tout avait été dur, mais elle se sentait gagner de l'endurance, de la force: elle se musclait.

Et aujourd'hui, elle ignorait ce qui se préparait, mais ils sortaient de l'habitude, et cela l’inquiétait. Après le pansage, à la place de la longe, il lui avait mis sa selle sur le dos, puis le filet, et, avec fortes caresses, il avait à peu près réussit à réduire son angoisse lorsqu'ils entrèrent dans le manège.

Mais. Il y avait une autre jument, et elle recommença à s'angoisser; qu'est-ce qu'ils allaient bien faire ? Que faisait cette jument et son cavalier avec eux ? Est-ce qu'ils allaient travailler ensemble ?
Will lui administra encore quelques paroles douces, puis il mit le pied à l'étrier, et, bien que frémissante de tout ses membres, elle resta immobile. Ils enchaînèrent par quelques tours du manège, et, quand enfin elle réussit à rester concentrée sur son cavalier et à se détendre un peu, il lâcha toutes ses demandes et lui caressa l'encolure. Est-ce que c'est ça qu'il veut ? Elle ne pouvait s'empêcher de se poser la question, pas vraiment certaine des intentions du cavalier. Mais il montait bien; il était à sa place, détendu, souple, et ses demandes étaient précises: cela la rassurait.

A ses côtés, l'autre jument aussi reçut son cavalier sur le dos, et elle commença à se débattre violemment. Saga se tétanisa et la fixa. Elle ne savait ce qu'il fallait en penser, ou s'il fallait en avoir peur, ou s'il fallait se méfier - bien que dans tous les cas ces deux sentiments s'imposent pour le coup à elle. Pourtant l'humain sur son dos resta en selle, et il entama quelques tours du manège, malgré la mauvaise volonté évidente de la jument sombre.

Will tenta durant ce temps de ramener son attention à lui, mais cela ne marcha qu'à moitié, et elle crut l'entendre jurer lorsque l'autre cavalier demanda à ce que les portes s'ouvrent. Sa demande de suivre l'autre couple, malgré sa douceur habituelle, lui sembla un peu réticente, et elle marqua un demi-arrêt, rabattant ses oreilles vers lui: Es-tu sûr ? Son attitude provoqua un petit rire joyeux de l'humain, et avec une nouvelle caresse il renouvela sa demande; alors Saga se mit en marche, suivant la noire vers l'extérieur et le danger.

Ils traversèrent tout le ranch. Bientôt, ils arrivèrent sous le couvert des arbres, environnement connu: connu pour être effrayant et dangereux. Elle se tendit de tous ses muscles, la tête haute regardant de tous côtés, prête à fuir à la moindre alerte, sans prêter attention à l'autre jument. Cette dernière non plus ne la regardait pas, et elle devait dire que cela la rassurait.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Seiya
Nouveau venu
avatar
♞ Date d'inscription : 07/03/2018
♞ Messages : 23
Nouveau venu
Mer 2 Mai - 19:33

Ft Saga br/>
Prête à te faire victimiser ? xD

Jamais seule, toujours mal accompagnée !



       Seiya était à la fois crispée, désemparée, et ravie. Ravie, parce qu'elle redécouvrait la nature, les arbres, l'odeur enivrante de la forêt, mais aussi le doux bruissement de la brise contre les feuilles. C'était la seule chose qui la comblait de bonheur pour le moment. Parce qu'à côté d'elle se trimballait une autre jument, qui sursautait presque dès qu'un oiseau s'envolait. La noiraude en conclut qu'elle devait se trouver avec une pétocharde, ayant toujours vécu avec la compagnie horrifiante des Hommes. Sinon, elle aurait su qu'il ne fallait pas paniquer quand une branche frôle la croupe. Et bien sûr, crispée parce qu'un Bipède se trouvait sur son dos. Et qu'il ne trouvait rien de mieux que gigoter dans tous les sens en papotant avec l'autre sur le dos de la blanchâtre. Et qu'il lui flattait l'encolure tous les dix mètres. Contact qui l'énervait et la stressait plus qu'autre chose. Peut-être que la panique venait d'à côté, et que l'autre lui refilait sa peur ridicule ? 

     L'ébène se rassura, et apprécia le début de la balade, bercée par le doux cliquètement de leurs sabots sur le sol pavé. Après tout, ce n'était pas si désagréable, de se promener loin de l'écurie, loin de ses confrères peu sympathiques, loin de l'affreux corral et du sable de la carrière. C'était tout de même plus agréable de marcher sur un sentier, qui, quelquefois se transformait en terre. La sensation était si merveilleuse. Sensation synonyme de jours passés dans la joie et la bonne humeur, dans son précédent troupeau. Dans sa famille.

     La jument sentit son pouls s'accélérer quand l'idiot humain relâcha la pression sur les rênes, et qu'elles traînaient, ballantes, sur son encolure. C'était le bon moment, c'était un signe. Sans prévenir sa compagne, elle vira à droite, dans un virage à 90°, la tête au ras du sol. Sentant le poids de son cavalier encore sur elle, elle enchaîna sur une série de quelques coups de cul, identiques à ceux qui l'avaient fait rigoler dans le corral. Elle sentit des éperons lui labourer le flanc, ce qui ne fit qu'accentuer sa colère et sa peur. Pourquoi la punissait-il ainsi ? Pourquoi fallait-il qu'elle s'arrête ? En moins d'une seconde, elle se stoppa et leva une dernière fois les fesses, et sentit le menton de l'énergumène à deux pattes contre son toupet. Et voilà qu'il valdingua et disparut derrière un buisson. Seiya éclata de rire à sa vue, étonnée de la force avec laquelle elle l'avait envoyé baladé. L'effluve métallique du sang l'interpella, de deux côtés. L'Humain était recouvert du liquide rouge, et son ventre était parcouru de petites zébrures ouvertes. Mais rien de bien grave, rien qui pouvait l'empêcher de retrouver ses proches, ou un harem avec qui partager son existence. 

      La noiraude partit à toute vitesse, insensible aux appels et aux sifflements. Parce qu'ils avaient cru que c'était un chien, et qu'elle allait revenir, la tête basse, et les oreilles en arrière, pour se recevoir une engueulade mémorable, et quelques coups ? Puéril, et bien digne des Bipèdes. Tous aussi débiles et méchants de toute façon. Finalement, sûre qu'ils ne la rattraperaient pas de sitôt. Puis ses pensées vagabondèrent vers la blanche. Allait-elle avoir l'audace de la poursuivre dans ces sombres chemins, parsemés de fossés, de branches et de toiles d'araignées immenses. Etonnée de sa propre débilité, elle ria encore. Cette petite froussarde était bien trop pimbêche pour aller se salir les sabots dans la boue, et les flaques d'eau ! 

       

Revenir en haut Aller en bas
Saga
Nouveau venu
avatar
♞ Date d'inscription : 18/01/2018
♞ Messages : 98
Nouveau venu
Mer 2 Mai - 22:02
Ombres de la forêt
Seiya & Saga

« Que me veux tu ? Que dois-je faire ? Je suis si seule et si désemparée, aide-moi, s'il te plaît, je t'en prie, s'il te plaît, aide-moi... »


La terre crissait sous ses pieds, les oiseaux chantaient, le soleil jouait avec les arbres et créait des ombres mouvantes, et Saga, au milieu de tout ça, à moitié marchait, à moitié trottinait, nerveuse. Attentive au moindre bruit, elle restait sur ses gardes. Ça lui rappelait tellement de souvenirs, avec son (devait-elle dire ancienne ?) humaine dans son précédent foyer. Elles partaient ainsi des heures entières.

Brusquement, l'autre jument la surprit en décampant à toute allure dans un virage, et elle bondit en avant, fuyant elle ne savait quoi, mais puisque l'autre le faisait, ce devait être dangereux, non ? Mais sur son dos, Will la retint catégoriquement, et elle se cabra à moitié, protestant... Elle se calma peu à peu, et un œil aux alentours lui assura qu'il n'y avait aucun danger - mais l'autre jument continuait à faire du raffut... pourquoi ? Saga jeta un regard dans sa direction; juste à cet instant son cavalier était éjecté et atterrissait dans les fourrées.

La jument grise fixa avec curiosité l'autre jument partir à toute allure. Elle ne fuyait pas; elle n'était pas en danger; alors quel était la raison de cette attitude ? Puis Will la talonna, un signal piquant, qui appelait un départ express. Elle cabra à moitié à nouveau, surprise, mais le même manège se répéta et il répéta son signal: alors, elle s'élança à toute vitesse.

C'était extraordinairement jouissif. Sur les traces de l'autre jument, ils allaient à une telle vitesse que le monde en devenait flou autour d'eux, le vent sifflait à ses oreilles et caressait sa robe et ses crins, les flaques explosait en jets autour de ses sabots et ils bondissait en volant au-dessus des ruisseaux. Puis ils rattrapèrent la noire, et Will la dirigea pour qu'ils la dépassent, il la stabilisa ensuite à sa hauteur, et elle sentit un changement de la répartition du poids dans son dos, un coup d’œil lui permit de voir qu'il se penchait au-dessus du sol, vers l'autre cheval... cherchant à attraper ses rênes flottantes.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Seiya
Nouveau venu
avatar
♞ Date d'inscription : 07/03/2018
♞ Messages : 23
Nouveau venu
Ven 4 Mai - 19:44

Ft Saga br/>
Prête à te faire victimiser ? xD

Jamais seule, toujours mal accompagnée !



                Elle trottait d’un trot actif, souhaitant espacer la distance qui la séparait avec ces foutus humains, sans pour autant sprinter à en perdre haleine. Pas question qu’elle joue à la course avec une petite froussarde qui avait peur de son ombre, quel déshonneur ! Seiya slalomait avec agilité entre les chênes et les marronniers, bondissant parfois pour sauter au-dessus d’un tronc d’arbre, ou éviter de se faire une entorse dans un trou. Ce genre de choses bien futiles qui la remplissait d’un bonheur anodin, mais un bonheur si réjouissant. De temps à autre, elle lâchait un coup de cul, pour s’assurer qu’elle ne rêvait pas, pour être certaine que le Bipède était bien loin derrière, qu’il ne lui labourait pas les flancs. Non, elle était bien seule.

                Or, une cavalcade imprévue stoppa les songes heureux dans lesquels elle vagabondait. L’ébène reprit le galop, ne voulant absolument pas retrouver le ranch, sacrilège, quelle horreur ! D’un coup d’œil, elle aperçut, à son grand étonnement, la grise qui arrivait à vive allure dans sa direction. Celle-ci se sentait donc pousser des ailes. Peut-être retrouvait-elle sa nature bien trop enfouie dans son instinct ? Après tout, chaque cheval en a une, simplement elle est parfois bien cachée. L’Homme toujours en selle arriva, et posta sa monture à côté de la noiraude, l’empêchant de se dérober. Il se pencha pour attraper les rênes ballantes de son filet, et quand il réussit à les choper, elle donna un puissant coup de tête. Non pour permettre à l’autre d’être libre, elle n’en avait que faire, sans doute qu’elle ne survivrait pas trois jours, mais pour s’assurer pouvoir profiter de sa liberté.

                Le cavalier fut donc entraîné avec le bout de cuir, et chuta. L’ancienne sauvage s’écarta d’un bond, si bien qu’il faillit avoir la main en bouillie, écrasée par un sabot. Elle s’éloigna de quelques mètres, et s’arrêta, reprenant son souffle. Un goût métallique dans sa bouche lui apprit qu’il l’avait entaillé à la commissure de la lèvre. Quelques gouttes tombèrent dans une flaque, petit filet bien précieux. Cependant, elle ne s’en inquiéta pas, ne sentant plus de sang sur ses lèvres. Le regard noir, elle fixa l’Humain avec mauvaise humeur, et aboya :

« Foutus Bipèdes ! »

                Seiya roula ses yeux marrons, avant de s’éloigner d’un pas actif de celui qui paraissait mal en point. Il gémissait et se tenait l’épaule de son bras libre. Elle soupira longuement, n’ayant strictement pas pitié de celui qui avait souhaité la rattraper, et la ramener dans sa prison. Ils se croyaient les rois du monde, mais ce n’était nullement le cas. Si on omettait les petits toutous, comme la blanche, pas de doute, les chevaux l’emporteraient sur les Bipèdes. Cependant, malgré son envie de vengeance, la sombre n’osait pas leur faire du mal. Elle savait bien ce qu’ils avaient dans le crâne, et les punitions qu’ils pouvaient lui infliger. Les faire simplement tomber lui suffisait, mais impunément les blesser, non, ça elle n’osait pas. Si elle avait tenté de stopper son Cavalier en le mordant, ce n’était que par peur, voire par terreur.

 

Revenir en haut Aller en bas
Saga
Nouveau venu
avatar
♞ Date d'inscription : 18/01/2018
♞ Messages : 98
Nouveau venu
Ven 18 Mai - 19:39
Ombres de la forêt
Seiya & Saga

« Que me veux tu ? Que dois-je faire ? Je suis si seule et si désemparée, aide-moi, s'il te plaît, je t'en prie, s'il te plaît, aide-moi... »


Saga fit un écart de biche, rassemblant ses sabots sous elle pour ne pas risquer de toucher Will, puis elle s'arrêta brusquement et revint avec inquiétude auprès de son cavalier.

Ses lèvres pincées si fort qu'elles en devenait blanches, il se tenait l'épaule en respirant lentement par à coups. Il se redressa et grimaça, avant de donner une petite caresse à Saga de sa main valide.

"Foutus bipèdes!"

La jument grise sursauta, puis se tourna vers la noire, qui venait de lâcher ces mots. Elle se tendit, se demandant un instant si elle allait attaquer l'humain - et comment réagirait-elle, alors ?
Cependant, après avoir fixé Will, elle recommença à s'éloigner sans plus prêter attention à eux.

Mais ce dernier s'était relevé, et d'un pas calme mais rapide, il rattrapa la jument enfuie, et il pris les rênes, muscles visiblement bandés pour se préparer à une éventuelle défense.

Saga s'approcha avec circonspection, et pour sa peine Will attrapa également ses rênes, les faisant passer par dessus l'encolure.

Puis ils se remirent en marche après un demi-tour, en direction du ranch.

Elle soupira.
Cela voulait-il dire que cette balade était finie ? Elle l'espérait en tout cas. Rentrer à la sécurité des boxes, des manèges et des paddocks...

Ici, ce n'était pas sûr. Toujours aux aguets, elle surveillait avec inquiétude les alentours, les fourrés plongés dans la pénombre, les buissons agités par le vent (était-ce vraiment le vent ?), à moitié heureuse qu'au moins l'autre ne adresse pas la parole.
Ce n'était sûrement pas elle qui s'y risquerait en tout cas.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Seiya
Nouveau venu
avatar
♞ Date d'inscription : 07/03/2018
♞ Messages : 23
Nouveau venu
Sam 26 Mai - 22:02

Ft Saga br/>
Prête à te faire victimiser ? xD

Jamais seule, toujours mal accompagnée !



    Et mince. L'Homme se releva et s'approcha d'un pas rapide. Seiya tenta d'esquisser un relèvement de tête pour l'empêcher d'atteindre ses rênes, en vain. Voilà. Fin de la liberté. Super. On est content. Allez. Cinq minutes, dix minutes au maximum de retrouvailles avec la sauvagerie, sans l'omniprésence des Bipèdes quasi constante. D'une pression sur le fichu bout de cuir, il la tira et c'est avec une mauvaise grâce évidente que l'ébène le suivit. Ses oreilles restaient collées contre sa nuque, et sa queue fouaillait nerveusement l'air. 
      Il alla récupérer la petite blanche qui était le reflet de la sombre, niveau panique. Mais pas pour les mêmes raisons, vu le regard qu'elle lançait à son "sauveur". C'en était à pleurer de dégoût. Comment pouvait-on apprécier ceux qui nous privaient de notre nature de cheval ? Ils nous chevauchaient, alors qu'ils avaient des véhicules, plus prévisibles et sans pensées. 
    D'un pas actif, la noiraude accéléra l'allure, et se décalait sans cesse, juste pour faire tourner en bourrique l'Humain. Ca lui mettait un peu de baume au cœur, et ça l'amusait de le voir grimacer quand son épaule faisait des gestes trop brusques. On pouvait bien faire souffrir un jour ceux qui nous blessaient au quotidien.
    Puis elle interrogea la pâle. Elle tressaillait au moindre geste, jetait des coups d'œil nerveux dès qu'un oiseau s'envolait et frôlait les branches. 
"Dis moi, ma petite, c'est pas trop fatiguant de sursauter au moindre bruit ? Tu pourrais peut-être penser à te reconvertir en kangourou ?"
 

Revenir en haut Aller en bas
Saga
Nouveau venu
avatar
♞ Date d'inscription : 18/01/2018
♞ Messages : 98
Nouveau venu
Mer 27 Juin - 11:18
Ombres de la forêt
Seiya & Saga

« Que me veux tu ? Que dois-je faire ? Je suis si seule et si désemparée, aide-moi, s'il te plaît, je t'en prie, s'il te plaît, aide-moi... »


Ils marchaient à travers la forêt, aussi tranquillement qu'on pouvait le faire en compagnie de Saga, qui, tête dressée, restait sans arrêt aux aguets, et de Seiya, qui tirait sans arrêt sur ses rênes, marchait de côté...

Et comme si cela ne suffisait pas, elle lui lança:

"Dis moi, ma petite, c'est pas trop fatiguant de sursauter au moindre bruit ? Tu pourrais peut-être penser à te reconvertir en kangourou ?"

Saga baissa les oreilles contre son crâne. Elle s'était jurée de ne plus jamais se laisser faire maltraiter sans réagir. Son ventre se tordit de peur - mais elle ne voulait pas - ne voulait plus - rester silencieuse, ou se prosterner devant l'autre. Dans un grondement sourd, elle répliqua:

"Parce que tu te crois mieux ? A force de marcher de travers on croirait que tu t'es prise de passion pour les crabes."

Et elle marmonna pour elle-même, après un brusque écart dû à un bruit soudain dans les fourés: "Et au moins j'ai une bonne raison."

Puis ce fut au tour de Will, qui réagit à un énième décalage de Seiya: d'un geste brusque, il chassa la jument, l'obligeant à garder une distance entre eux.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Seiya
Nouveau venu
avatar
♞ Date d'inscription : 07/03/2018
♞ Messages : 23
Nouveau venu
Mer 4 Juil - 22:54

Ft Saga br/>

Jamais seule, toujours mal accompagnée !



La grise n'apprécia pas la remarque, à en voir ses oreilles plaquées en arrière. Après un énième décalage, obligeant la noiraude à faire des pas de côté, au risque de tomber dans le fossé. Enfin, ça ne pouvait pas être pire que de devoir marcher au même rythme que le bipède et la domestique froussarde. Cependant, elle la surprit, en persifflant :
"Parce que tu te crois mieux ? A force de marcher de travers on croirait que tu t'es prise de passion pour les crabes."

Elle s'énervait, la petite pimbêche. Seiya esquissa un sourire, amusée de la voir répliquer de la sorte, sur un ton qui ne ressemblait pas au stéréotype qu'on lui imposait rien qu'en voyant sa physionomie. D'un air un peu moins énervé, elle continua :
"Et au moins j'ai une bonne raison."

    L'ébène fit un bond énorme, suite à la peur de la femelle nerveuse. Et oui, un papillon qui part d'un buisson, c'est tellement effrayant. L'Homme l'éloigna, avec ses affreuses mains capables de lui donner des coups si violents. L'ancienne sauvage se crispa, et partit rapidement, maintenant le plus de distance entre elle et le danger. 

    Puis elle prit conscience des paroles de l'autre écervelée. Mais pour qui elle se prenait ? Qui avait vécu pendant plusieurs mois rouée sous les coups ? Qui avait subi maintes et maintes fois la colère des Humains ? Qui avait dormi dans des tas de fumier, à écouter des pauvres chevaux hennir de désespoir ? Qui avait quitté sa famille sans le vouloir ? Qui ? Seiya respira lentement, pour se calmer. Seules quelques mots suffisaient à la sortir de ses gonds, en ce moment. C'était incroyable.
"Parce que je n'ai pas de raison ? Les Bipèdes violents, je pense que ça fait plus mal qu'un pauvre piaf inoffensif. Même un coup de serres."





Revenir en haut Aller en bas
Saga
Nouveau venu
avatar
♞ Date d'inscription : 18/01/2018
♞ Messages : 98
Nouveau venu
Lun 9 Juil - 17:13
Ombres de la forêt
Seiya & Saga

« Que me veux tu ? Que dois-je faire ? Je suis si seule et si désemparée, aide-moi, s'il te plaît, je t'en prie, s'il te plaît, aide-moi... »


Et l'autre jument répondit alors:

"Parce que je n'ai pas de raison ? Les Bipèdes violents, je pense que ça fait plus mal qu'un pauvre piaf inoffensif. Même un coup de serres."

Les bipèdes violents ? Mais de quoi parlait-elle ? Les humains étaient gentils. Ils ne frappaient pas, personne. Et en quoi un coup reçu donnerait-il une raison à se conduire ainsi ? A aimer la douleur de l'humain ? A la traiter de kangourou.

A nouveau, elle prit son courage à deux sabots, et lâcha:

"Je ne crois pas que ça excuse quoi que ce soit. Will est gentil."

Ledit humain qui justement marqua une pause et fixa Seiya, les sourcils froncés. Puis il secoua la tête, grommelant des paroles inaudibles, et se remit en route.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Seiya
Nouveau venu
avatar
♞ Date d'inscription : 07/03/2018
♞ Messages : 23
Nouveau venu
Mer 29 Aoû - 19:58

Ft Saga br/>
Prête à te faire victimiser ? xD

Jamais seule, toujours mal accompagnée !



"Je ne crois pas que ça excuse quoi que ce soit. Will est gentil."

Will est gentil ! Will est gentil … Seiya eut un léger sourire, et secoua la tête. Ledit Will est gentil la fixa, puis reprit sa route, en grognant des propos incompréhensibles. Mais c’était si gnan-gnan ! En même temps, elle n’aurait pas pu s’attendre à grand-chose de différent de la part de la grise. On parlait d’une petite princesse qui sursautait à chaque bruissement d’ailes, de la petite jument qui osait de temps en temps dire ce qu’elle pensait à ses risques et périls.

        

         L’ébène observa tranquillement les environs. On apercevait un petit papillon qui voletait joyeusement. Une biche marchait de son gracieux pas, un minuscule faon à ses côtés. Pourquoi elle était obligée d’être tenue ? Pourquoi ne pouvait elle pas galoper quand bon lui semblait, sentir les hautes herbes lui caresser les jambes ? Pourquoi elle passait ses nuits dans un horrible box si réduit qu’on se sentait oppressé ? Pourquoi aucun cheval ne la comprenait ?

« Ecoute, chacun ses idées, c’est tout. Discute donc avec Will, tu verras ce qu’il en pense. Il est si gentil en même temps. »

 



Ft Saga br/>
Prête à te faire victimiser ? xD

Jamais seule, toujours mal accompagnée !



"Je ne crois pas que ça excuse quoi que ce soit. Will est gentil."

Will est gentil ! Will est gentil … Seiya eut un léger sourire, et secoua la tête. Ledit Will est gentil la fixa, puis reprit sa route, en grognant des propos incompréhensibles. Mais c’était si gnan-gnan ! En même temps, elle n’aurait pas pu s’attendre à grand-chose de différent de la part de la grise. On parlait d’une petite princesse qui sursautait à chaque bruissement d’ailes, de la petite jument qui osait de temps en temps dire ce qu’elle pensait à ses risques et périls.

        

         L’ébène observa tranquillement les environs. On apercevait un petit papillon qui voletait joyeusement. Une biche marchait de son gracieux pas, un minuscule faon à ses côtés. Pourquoi elle était obligée d’être tenue ? Pourquoi ne pouvait elle pas galoper quand bon lui semblait, sentir les hautes herbes lui caresser les jambes ? Pourquoi elle passait ses nuits dans un horrible box si réduit qu’on se sentait oppressé ? Pourquoi aucun cheval ne la comprenait ?

« Ecoute, chacun ses idées, c’est tout. Discute donc avec Will, tu verras ce qu’il en pense. Il est si gentil en même temps. »

 

Revenir en haut Aller en bas
Saga
Nouveau venu
avatar
♞ Date d'inscription : 18/01/2018
♞ Messages : 98
Nouveau venu
Mer 29 Aoû - 23:41
Ombres de la forêt
Seiya & Saga

« Que me veux tu ? Que dois-je faire ? Je suis si seule et si désemparée, aide-moi, s'il te plaît, je t'en prie, s'il te plaît, aide-moi... »


La jument foncé sembla rumina pendant quelques instants ses paroles, gardant un visage tranquille. Saga en profita pour faire un rapide examen de son environnement, nerveusement. Là-bas... Un mouvement. Elle frémit, puis fit un écart en voyant deux formes inconnues... Avant d'enfin reconnaître une biche, et de se calmer (un petit peu).

Puis, l'autre lâcha:
" Ecoute, chacun ses idées, c’est tout. Discute donc avec Will, tu verras ce qu’il en pense. Il est si gentil en même temps. "

Saga lui lança un regard perplexe. Discuter avec Will ? Qu'est-ce qu'elle voulait dire par là ? Est-ce qu'elle se moquait encore d'elle ? Ça devait être le cas, vu ce qu'elle connaissait déjà de son caractère. Ses oreilles se plaquèrent encore une fois contre son crâne, et elle dit, sourdement:

"Tu ne le connais pas. Tu ne me connais pas. Alors remballe ton sale caractère et laisse-moi tranquille."

Son ventre se tordit de terreur tandis qu'elle essayait de rester impassible - mais, mais il lui semblait qu'elle tremblait un peu des membres - parce que: elle voulait fuir, fuir au plus loin la réponse de l'autre jument, ne pas l'entendre, et échapper à sa méchanceté.

Elle se sentait blessée, et si seule, si souvent. Elle avait parfois l'impression que sa vie entière était faite de ça: la fuite, face à ceux de son espèce, et face à tous les dangers du monde. Pourquoi aucun cheval ne la comprenait ?
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» une mauvaise nouvelle n'arrive jamais seule ♦ Tobias & Tess
» Je préfère être seule que mal accompagnée ... -LIBRE suite de la soirée halloween-
» [-18] Une galère n'arrive jamais seule.
» Une mauvaise nouvelle n'arrive jamais seule
» Y penser, toujours. En parler, jamais. Christiane.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
℧ Flicka's Ranch ℧ :: ★ Les terres sauvages ★ :: ○ Les chemins de randonnées-
Sauter vers: